Magnifique Merveille

Ferme les yeux et pense à l'Angleterre !
 

Partagez|

KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kaelyn S. Davis
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 5
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Sam 24 Juin - 19:37


   
Kaelan
Je crois que je ne peux pas me passer de toi...
Depuis que j’avais eu une explication avec Reagan et qu’il m’avait exposé des circonstances atténuantes quant à ces gestes qu’il avait eus envers moi et qui m’avait fait perdre son enfant que je portais. Ce fut d’autant plus dur à accepter pour moi que j’arrivais quasiment au terme de ma grossesse. Je ne disais pas que je lui avais pardonné, je ne savais pas si j’en serai capable un jour, mais une chose était certaine, je n’arrêtais pas de penser à lui. Je pensais qu’après ce qu’il m’avait fait il me serait impossible de pouvoir encore penser à lui comme cela était en train de m’arriver. Cependant, j’essayais d’aller de l’avant, il le fallait.

On sonnait à ma porte, je vérifiais que j’étais présentable et j’allais ouvrir en hésitant cependant un peu devant la porte. Finalement, je ne pouvais pas reculer maintenant et donc ouvrais la porte. « Eh, salut Mike. Viens entre je t’en prie… » Je me décalais un peu pour le laisser entrer. Mike était un homme que je fréquentais depuis quelques temps, nous nous étions déjà vu plusieurs fois mais ce soir c’était plutôt pour « officialiser » les choses. Je l’invitais à s’installer dans le salon. J’avais déposé sur la table basse des amuse-bouche afin de pouvoir grignoter un peu. Normalement j’avais prévu le dîner, mais je n’étais pas convaincue que Mike était tellement intéressé par le dîner cependant j’avais quand même l’intention de dîner. Finalement, j’avais eu un mauvais jugement sur Mike, il n’avait pas du tout été insistant et le repas s’était déroulé tranquillement. Ce ne fut seulement que nous retournâmes au salon après le dîner qu’il a commencé à me faire des avances. « Kaelyn, je passe vraiment un agréable moment avec toi, tu es une femme charmante… » J’étais plutôt gênée par ces compliments qu’il me faisait là, et d’ailleurs je ne savais pas trop quoi lui répondre. « Merci Mike…je passe un bon moment aus… » Je n’eus même pas le temps de finir ma phrase qu’il plaquait ses lèvres contre les miennes. Je fus surprise ce qui me tétanisa au début mais finalement je finis par réagir et décaler doucement mon visage pour qu’il cesse de m’embrasser. Je me mordillais la lèvre inférieure me sentant coupable de ce qu’il venait de se passer. Je me sentais nulle, j’avais laissé cet homme espérer quelque chose que je n’étais pas prête à lui offrir. « Mike je suis désolée, je t’apprécie beaucoup, tu es un chouette type mais je ne préfère pas aller plus loin…je ne veux pas te faire de mal et que tu attendes de moi ce que je ne peux pas t’offrir… » Je cherchais à éviter son regard, j’avais honte et je ne savais pas trop comment il allait réagir. « Je perds quelque chose aujourd’hui Kaelyn j’en suis conscient…mais je ne peux pas te forcer à quelque chose que tu ne veux pas… » Il a esquissé un petit sourire timide, gêné, il culpabilisait de ce qui était arrivé visiblement. Il s’est levé tranquillement, a déposé un baiser sur mon front et s’est dirigé vers la sortie. « Au revoir Kaelyn… » Il s’est retourné puis a quitté l’appartement. Je soupirais, je ne savais pas ce que je voulais, je me fatiguais.

Je me suis levée à mon tour, j’ai enfilé une veste, j’ai veillé à prendre mon sac et toutes mes affaires et j’ai à mon tour quitté l’appartement. Je me suis décidée à me rendre chez Reagan, il était la raison pour laquelle je n’étais pas allée plus loin avec Mike. J’étais frustrée d’avoir fait croire je ne savais quoi à cet homme fort sympathique. Il fallait que je me décide. Malgré tout ce qui était arrivé avec Reagan, c’était à lui que je pensais tout le temps. Je ne pouvais pas me lancer dans une relation avec un autre homme, je ne me vois pas avoir le visage de Reagan devant moi en faisait l’amour avec quelqu’un d’autre. C’est Reagan que je veux, je n’y peux rien, c’est physique, sentimental aussi. J’y vais et je verrais bien s’il me veut aussi… Je tends à espérer que Reagan ne recommencera jamais ce qu’il a fait. Après tout, malgré son terrible geste, tout le monde peut avoir droit à une seconde chance, s’il la veut je pense être capable de lui offrir. Un peu moins d’une heure après avoir quitté mon appartement je me trouvais postée devant chez Reagan. Je frappais à la porte. J’espérais qu’il était là et qu’il allait ouvrir. Je ne pus m’empêcher d’ajouter quelques mots. « Reagan c’est moi…Kaelyn. Ouvre s’il te plait… »


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reagan K. Davidson
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 4
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Ven 7 Juil - 13:21

J’avais toujours cru que d’avoir cette fameuse explication avec Kaelyn, lui dire ce qui s’était exactement passé le fameux soir où tout avait basculé entre nous, où ma vie avait basculé en entier en fait, me rendrait plus léger, me permettrait de continuer à avancer en paix avec moi-même, ou du moins, sans porter ce lourd fardeau qu’était le fait de ne pas lui avoir dit ce qui en était. Et maintenant que c’était chose faite, je me rendais compte qu’en réalité, c’était le contraire. Précédemment, je me retrouvais souvent à penser à elle et là, je réalisais que c’était encore pire. Chaque jour, quand je travaillais, quand je voyais une femme blonde dans les mêmes tailles qu’elle, mon coeur arrêtait un petit moment, parce que je croyais que c’était elle qui viendrait à ma rencontre, sans cette peur dans les yeux, pour me dire qu’on pourrait tenter de passer outre. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me pardonne, moi-même je ne serais jamais en mesure de me pardonner, mais si au moins, elle pouvait me donner une chance de lui prouver que je n’étais pas qu’un déchet, ce serait pour moi plus que je n’aurais jamais pu espérer. Mais chaque fois que je croyais que c’était elle, c’était vain. Plusieurs fois aussi, surtout quand j’étais seul le soir chez moi, j’avais envie de la contacter. Nous nous étions échangés nos coordonnées la dernière fois, mais ce n’était pas pour autant que je m’étais sentie prête à l’appeler, ou lui envoyer un message, même si clairement, ce n’était pas l’envie qui manquait. Alors au final, je restais complètement seul, me rappelant notre dernière conversation, tentant de trouver un sens plus concret à sa réaction sans toutefois y parvenir. Et ça me rendait fou, parce que pour sûr je voudrais savoir à quoi m’en tenir; est-ce qu’il était possible pour nous de nous parler de nouveau un jour, ou il était préférable que nous ne nous voyons plus jamais ? Je ne m’étais pas encore permis de lui demander, et en vérité, je me rendais compte que je n’étais pas certain de vouloir lui demander, de peur qu’elle choisisse la seconde option, de peur que jamais je n’aie une chance de me racheter avec elle, de lui donner une meilleure impression de ma personne. Je savais que jamais je ne pourrais redevenir celui que j’étais à ses yeux lorsque nous nous étions mariés, mais il y avait certainement moyen qu’elle ne me craigne plus, si ? Mais comment pourrais-je faire ? Complètement perdu, j’y repensais, constamment, et ce soir ne fit pas exception à la règle. Après mon service, j’étais rentré chez moi, même si cela ne me plaisait pas de tourner en rond comme un chacal en cage. Je n’avais nulle part où aller, et il était hors de question que je prenne le risque de céder à la tentation de me rendre dans un bar ou quelque chose dans le genre, puis céder à mes vieux démons qui m’avaient fait tant de mal, qui avaient fini par me détruire. Essayant de me convaincre que ça ne pourrait me faire de tort, j’avais tenté d’allumer la télévision, changeant de chaîne à un rythme régulier, puisque je ne trouvais pas quoi que ce soit susceptible de me captiver. Je continuai ainsi pendant un bon moment, jusqu’à ce que soudainement, quelqu’un frappe à ma porte. Fronçant les sourcils, parce que je n’attendais pas qui que ce soit, j’allai malgré tout ouvrir. Ce fut avec un étonnement inégalé que je vis soudainement Kaelyn en face de moi. Écarquillant les yeux, je ne sus que lâcher ce qui était sommes toutes un débile:  « Kaelyn !? » Comme si limite je ne l’avais pas vue depuis une éternité. Enfin, dans ma tête, c’était tout comme, mais ça, elle n’avait pas besoin de le savoir, pas pour le moment. Puis, soudainement soucieux de ce qui l’emmenait chez moi, je lui demandai, un peu hésitant:  « Que… Que fais-tu ici ? » Je me doutais bien qu’aux premiers abords, ça ne semblait pas être comme tel, mais mine de rien, j’étais content de la voir, même si je ne savais pas si pour elle, c’était la même chose. Après tout, il devait bien y avoir une raison pour laquelle elle avait fait le déplacement, outre que pour banalement venir me voir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaelyn S. Davis
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 5
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Dim 23 Juil - 14:37



   
Kaelan
Je crois que je ne peux pas me passer de toi...
Il semblait drôlement surpris de me voir. Drôlement…ou pas. Je ne savais pas bien comment je devais prendre le fait qu’il fut si surpris de me voir postée devant sa porte d’entrée. A vrai dire, j’étais un peu stressée, je me posais des tas de questions. Officiellement, nous n’étions plus ensemble car à la suite de ce qui s’était passé, j’avais divorcé donc lui comme moi étions libres, c’était pourquoi j’avais eu quelques relations. Relations qui ne duraient pas si on considérait qu’elles avaient commencé à un moment donné. Je ne parvenais à refaire ma vie ailleurs pour la simple et bonne raison que depuis que j’avais revu Reagan, je ne cessais de penser à lui. Je ne pouvais pas être dans les bras de quelqu’un d’autre sans penser à lui, et je ne pouvais pas me permettre d’affliger ça à un autre homme. Pour me mettre avec quelqu’un je devais être libérée de cet homme qui hantait mes pensées, celui qui avait été mon mari, celui de qui j’attendais l’enfant avant que tout ne dérape. « Oui Reagan, je crois bien que c’est moi. » Je n’avais pas aimé le ton hésitant qu’il avait employé lorsqu’il m’avait demandé ce que je faisais là. J’avais l’étrange et horrible sensation que je le dérangeais, ou quelque chose dans le genre. Peut-être qu’il était en compagnie d’une femme ? Comme j’étais en compagnie d’un homme quelques minutes plus tôt. Cette idée de l’imaginer avec une autre me rendait simplement folle, je ne pouvais pas imaginer cela. Je soupirais avant de lui répondre. « Tu as l’air ravi de me voir ça fait peur… » Oui j’étais vexée par sa réaction, mais peut-être que je me prenais la tête pour rien, qu’il était simplement surpris de me voir sans aucune raison apparente. Je ne m’étais pas dit une seule seconde que le fait que je débarque chez lui pouvait être étrange, j’étais stupide. Bon, il me semblait qu’il m’avait posé une question et qu’il ne serait pas mal que j’y réponde. « Je…Il fallait que je te vois Reagan… » Je ne parvenais pas à le regarder dans les yeux si bien que mes yeux jonglaient entre le plafond de son appartement ou encore ses pieds. Rien d’intéressant, on est d’accord. Maintenant que j’étais là, que je lui avais dit que j’avais besoin de le voir, je n’étais pas convaincue que j’avais fait le bon choix. Peut-être me dirait-il que j’étais cinglée si je lui avouais que je n’arrêtais pas de penser à lui… Je ne savais pas si je parviendrais à lui avouer cela. Je me demandais si je n’allais finalement pas m’enfuir en courant… Non, ça se serait lâche ! Et cela éveillerait trop de questions chez Reagan auxquelles je serais obligée de répondre et je n’avais pas nécessairement envie de me retrouver comme étant suspecte de quelque chose et d’être interrogée pendant je ne sais combien de temps, car probablement qu’après ça, il ne me lâcherait pas sans que j’ai répondu à ses questions. Et il me semblait que c’était normal. Malgré tout ce qui était arrivé, j’étais convaincue que Reagan était l’homme qu’il me fallait. Comment lui dire ? Allais-je lui dire ? Etait-ce une bonne idée ? J’étais plantée là devant lui, totalement muette et je sentais mes muscles se crisper à cause de l’angoisse. Je ne savais même pas si je serais encore capable de prononcer un mot s’il me parlait. Je jouais avec mes mains, rongée par le stress je ne contrôlais plus rien. Il fallait que je fasse quelque chose, je ne pouvais pas continuer à me montrer aussi ridicule face à Reagan, il devait penser que j’étais devenue folle. Peut-être que c’était le cas en réalité, mais je n’en avais pas conscience, du moins pas pour l’instant. Au bout d’un moment, je parvenais à croiser son regard. Je le fixais pendant quelques secondes avant d’inspirer un grand coup en secouant légèrement la tête. « Oh et puis merde ! » Après ça, je posais mes mains sur son torse et le poussais assez fortement vers l’arrière pour le faire rentrer chez lui sans être toutefois trop violente pour ne pas le faire tomber. Une fois à l’intérieur, je claquais la porte avant de le plaquer contre le mur et de déposer assez brusquement mes lèvres contre les siennes pour échanger un baiser passionné et violent à la fois. Je ne savais pas bien dire s’il était plus passionné que violent ou l’inverse mais ce que je pouvais dire c’était que j’aimais sentir à nouveau ses lèvres contre les miennes. Lorsqu’à un moment je parvenais à décoller mes lèvres des siennes, je chuchotais tout près de ses lèvres. « Reagan…je n’arrête pas de penser à toi… » Je déposais mon front contre son menton en fermant les yeux. J’espérais qu’il pensait la même chose que moi et qu’il n’allait pas me repousser gentiment en me disant que ce n’était pas une bonne une idée, qu’on ne devait pas faire ça. J’étais partagée entre la peur et le bien-être.


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reagan K. Davidson
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 4
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Mer 26 Juil - 15:22

Je restai perturbé au moment où elle en vint limite à me reprocher la réaction que j’eus au moment où j’avais ouvert la porte sur elle. Je tentai de ne pas m’en montrer davantage vexé, mais en même temps, je ne pus m’empêcher de me demander comment j’aurais pu réagir autrement. Je savais que la dernière fois que nous nous étions vus, nous avions mis pas mal de choses au clair, j’avais pu avoir avec elle cette conversation que j’attendais d’avoir pour être en paix avec moi-même, avec tout ce qui avait pu se passer ces dernières années. Est-ce que cela m’avait vraiment permis d’aller de l’avant toutefois ? Malheureusement non, parce qu’alors que j’étais persuadé que cela viendrait mettre le point final à notre histoire, que Kaelyn pourrait refaire sa vie et moi aussi, mais rapidement, j’en étais venu à me demander ce qu’était vraiment ma vie sans elle, en étant toutefois certain que pour Kaelyn, tout était terminé. Dans cet ordre d’idées, était-ce légitime que je sois surpris de la voir débarquer chez moi ? Bien sûr que oui, je ne pouvais pas le nier. Alors ne voyant certainement pas ce que j’aurais pu faire d’autre, je décidai de passer outre le sarcasme en ne disant rien, en restant planté là, en gros. Bon d’accord, ce n’était pas l’idéal, et c’était même particulièrement maladroit comme réaction, mais au moins, je pouvais m’en sauver en faisant celui qui attendait une réponse à sa question, ce qui, sommes toutes, était le cas. Malheureusement, la réponse que mon ex-femme me fournit ne m’aida pas tant à m’éclairer, si bien que je fronçai les sourcils, en venant à balbutier:  « Pour… » sans toutefois parvenir à terminer ma question. Ce n’était pas parce que je m’étais ravisé de le lui demander. Au contraire, si cela n’avait été que de moi, pour sûr que je serais allé au bout de ma question, parce que pour moi, rien n’était clair. Pourquoi était-il nécessaire qu’elle me voie ? Pourquoi ici et maintenant ? Avais-je encore fait quelque chose malgré moi ? Voulait-elle avoir une ordonnance restrictive ou un truc du genre contre moi, pour être sûre que jamais je ne l’approcherais de nouveau ? Peut-être que mes suppositions n’étaient que péjoratives, mais franchement, je ne voyais pas autre chose. Inutile de mentionner que par conséquent, je ne me doutai certainement pas d’être interrompu de la sorte. Enfin, non pas par le juron, ça, limite, ça pouvait passer dans le cas présent, mais par le fait que soudainement, elle me poussa à l’intérieur de l’appartement, et avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, elle me plaqua contre le mur. Voulait-elle finalement me rendre les coups que j’avais pu lui infliger, ce fameux soir où tout avait bousculé ? Si c’était le cas, si c’était cela dont elle avait besoin pour passer outre, alors qu’elle le fasse. C’était triste que je le dise ainsi, mais peut-être était-ce que je méritais, et si cela pouvait la rendre heureuse, alors qu’il en soit ainsi. Prêt à lever les mains pour lui montrer que je ne la toucherais pas de quelconque façon, je n’eus toutefois pas le temps de la faire, puisque soudainement, ses lèvres se retrouvèrent sur les miennes, pour échanger un baiser. Un baiser brusque, mais qui ne manquait pas d’ardeur, un baiser qui, sur mes lèvres m’apparut à la fois comme une bénédiction et la pire des tortures. Une bénédiction parce que trop de fois depuis notre divorce, j’avais rêvé de sentir de nouveau ses lèvres sur les miennes, pouvoir caresser sa peau, la prendre dans mes bras. Enfin, pour ces deux derniers éléments, il faudrait que ça attende, d’autant plus que je ne savais même pas si ce n’était là qu’utopie, considérant le fait que peut-être tout cela était une erreur, ce qui rendait le baiser si douloureux, parce que je ne savais pas si je pouvais me permettre d’en profiter sans faire preuve d’abus. Évidemment, je n’avais pas pu m’empêcher de le lui rendre, mes pulsions ne m’avaient pas pu m’empêcher de faire autrement, et il fallut que je me fasse violence pour ne pas le prolonger plus longtemps. Pire encore, cela ne vint pas m’aider au moment où Kaelyn en vint à m’avouer quelque chose que je ne croyais plus possible, quelque chose que j’avais espéré, d’où le fait que mon coeur manqua un temps, comme pour me rappeler que ce n’était pas un rêve, que c’était la réalité. Ou était-ce un rêve plutôt ? Troublé, j’écarquillai les yeux, et voyant qu’elle ne s’éloignait pas, sentant son front se presser contre mon menton, je compris que c’était vrai. Fermant plutôt les yeux, comme pour capturer un bref réconfort dans ce moment sans que cela me soit vraiment permis, je me permis dans cet instant, en venant à murmurer, dans un soupir:  « Moi aussi… », faisant là une confession non-réfléchie, mais pourtant plus que sincère. En revanche, comprenant que je ne pouvais pas céder ainsi, que tout était trop compliqué pour cela, je tentai de me faire violence, et je dis:  « Kaelyn… Ce ne serait pas raisonnable… » De faire quoi ? D’aller plus loin, voilà ce à quoi je pensais. Peut-être était-ce une idée qui ne concernait que moi, peut-être que je me faisais de fausses idées, mais je n’avais pas pu faire autrement. Ce simple baiser avait été si électrisant que mon corps ne répondait que de mes pulsions, et il me fallait un contrôle presque surhumain pour ne pas flancher. Parce que si ce n’était que de moi, pour sûr je l’aurais embrassée de nouveau, je me serais peut-être même permis de la prendre dans mes bras, ne serait-ce que timidement, pour ne pas lui faire peur, mais si jamais elle finissait par le regretter ? Si jamais elle en venait à dire que c’était moi qui la brusquait et que finalement, ce qu’elle venait de me dire n’était qu’illusion et mensonge ? Peut-être était-ce égoïste de ma part, mais je n’avais pas envie que ça en arrive là, pas alors que je m’étais fait tant d’idées sombres qui, peut-être, s’avéraient fausses au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaelyn S. Davis
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 5
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Mer 9 Aoû - 19:24



   
Kaelan
Je crois que je ne peux pas me passer de toi...
Incohérent. Reagan était tout simplement incohérent. Je devais avouer que je ne comprenais plus rien. J’étais même déçue par sa réaction. Qu’est-ce qu’il voulait à la fin ?! Lors de notre dernière entrevue il m’avait clairement fait comprendre qu’il n’était pas contre un éventuel nouveau « nous ». Et là alors que je débarquais chez lui en lui disant que je ne cessais de penser et qu’il ajoutait que lui aussi, il me sortait que ce ne serait pas raisonnable que l’on couche ensemble. Cette remarque qu’il avait faite m’avait complètement refroidie. Je me détachais de lui et m’éloignais un peu, vexée par ce qu’il venait de se passer. « Pas raisonnable ? Tu es sérieux Reagan ? » Je soupirais en passant nerveusement mes mains dans mes cheveux. Je me dirigeais ensuite vers le salon où je commençais à faire les cent pas. Je prenais quelques secondes pour regarder par la fenêtre mais je serrais les points. J’étais nerveuse et en colère. « Je ne comprends pas ce que tu veux Reagan… Je débarque là en te disant que je ne cesse de penser à toi et tout ce que tu trouves à me dire c’est que ce ne serait pas raisonnable ! » Je sentais les larmes me monter aux yeux. Je sur-réagissais sûrement mais je ne parvenais pas à faire autrement. « C’est quoi ton problème ? Tu cherches à me détruire encore une fois ?! » Je sentais mes démons du passé que j’avais laissé à l’hôpital psychiatrique en le quittant me rattraper. Je recommençais à voir le mal partout, il allait falloir que je me calme et surtout que je ne tente rien que je puisse regretter. Je n’avais aucune envie de retourner là-bas. Puis, peut-être que Reagan pourrait regretter ce qu’il venait de dire, et nous pourrions reprendre où nous nous étions arrêtés. « Reagan…je t’aime ! Merde à la fin ! J’ai envie de tenter de nouveau quelque chose avec toi, peu importe où ça nous mène… » Je tentais de me radoucir et je me dirigeais doucement vers lui. Je le regardais dans les yeux et prenais ses mains dans les miennes en retenant mes larmes. « Laisse nous une chance, c’est moi qui te le demande… Tu hantes mes pensées, je vais devenir cinglée sans toi. »


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reagan K. Davidson
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 4
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Mer 23 Aoû - 19:40

Je n’allais pas le nier, il m’avait fallu un effort surhumain pour repousser Kaelyn comme je l’avais fait, puisque si ça n’avait été que de moi, j’aurais saisi cette occasion, cette occasion totalement inespérée, je l’aurais emmenée à ma chambre, et j’aurais fait mon possible pour lui prouver que je la désirais toujours autant, même si certainement, j’avais perdu toute chance de pouvoir ne serait-ce que la toucher. Par contre, si j’avais fait cela, je me connaissais, je le savais, j’aurais senti que je n’aurais fait qu’abuser de la situation, et peut-être qu’elle m’en aurait voulu par la suite, parce que j’aurais profité d’elle pendant un moment de vulnérabilité et là, il était certain que je la perdrais à tout jamais. Alors pour elle, pour son bien, je m’y étais opposé, mais au final, je n’obtins pas le résultat escompté. À la place, Kaelyn en vint à se frustrer, ne comprenant pas pourquoi je réagissais ainsi, en venant même à dire un propos que je trouvai même quelque peu blessant, à savoir qu’elle pensait que je voulais lui faire du mal. Me sentant coupable, embêté, je tentai de balbutier:  « Non, au contraire… » Par contre, je ne parvins pas à aller plus loin, puisque Kaelyn ne m’en laissa pas l’occasion, en venant à tenir des mots qui furent encore plus troublants que ce qu’elle avait pu dire précédemment, si bien que je sentis mes genoux flancher quelque peu, me laissant interdit, ne sachant comment réagir. En d’autres circonstances, il était certain que je lui aurais rendu la pareille, que je lui aurais dit que je l’aimais aussi, parce que jamais je n’avais cessé de l’aimer, et c’était là la vérité. Mais était-ce suffisant pour que je nous accorde cette seconde chance ? J’aurais tant voulu que oui, mais pouvais-elle vraiment me faire confiance ? Me faisais-je confiance ? Il était évident que je ferais tout pour ne pas la blesser, en quelconque circonstances, mais après, était-ce suffisant ? Serais-je susceptible de faire quelque chose qui lui ferait du mal au final, et qui ferait en sorte qu’elle aurait encore ce regard apeuré en me regardant ? C’était probablement là ma plus grande crainte. Mais comment pouvais-je lui faire comprendre, alors que toutes les fibres de mon être me poussaient vers elle, et c’était encore plus vrai après ce baiser, maintenant que ses mains étaient autour des miennes ? Inspirant profondément, je décidai d’être franc avec elle, et je lui dis alors:  « C’est la même pour moi, je te le jure… » Je marquai une pause, baissant le regard, puis j’ajoutai:  « Mais je ne veux pas te faire de mal… J’ai dit que ce n’était peut-être pas raisonnable parce que je craignais que tu viennes à le regretter après… Mais je refuse que tu doutes que je ne veux pas que tu m’accordes une seconde chance, même si peut-être je ne le mérite pas…. » Suite à ces mots, je la regardai de nouveau, et en douceur, je dégageai une de mes mains pour ramener une mèche de ses cheveux derrière son oreille. C’était là un geste qui avait toujours eu pour effet de me calmer, lorsque nous étions ensemble, et ç’eut le même effet ici et maintenant, sans que je m’explique vraiment le pourquoi du comment. Clairement, je n’allais pas m’en plaindre, même si ce ne fut pas suffisant pour m’enlever ces idées de la tête, à un tel point que je finis par ajouter:  « J’ai toujours rêvé que tu reviennes vers moi… Parce que je n’ai jamais cessé de t’aimer, et je sais que jamais je ne saurais aimer quelqu’un autant que toi… Et si c’est ce que tu veux vraiment, qu’on tente d’être ensemble à nouveau, je ne saurais te le refuser, puisque ça dépasserait toutes mes espérances, mais je veux simplement… te laisser la chance d’y réfléchir encore un peu… Pour que tu ne le regrettes pas… » Sur ces mots, je me fis de nouveau violence, me reculant quelque peu, pour conclure en affirmant:  « Si c’est ce que tu veux… Je serai là, à t’attendre… » Et là, j’aurais voulu être en mesure d’aller autre part dans mon appartement, dans ma chambre, sur le canapé du salon, mais au final, je n’y parvins pas, attendant de voir, le coeur battant la chamade, comment elle allait réagir, espérant au fond de moi que je ne l’aurais pas faite fuir avec ces mots qui avaient été tous formés pour son bien, d’abord et avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaelyn S. Davis
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 5
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Dim 10 Sep - 16:01



   
Kaelan
Je crois que je ne peux pas me passer de toi...
Paumée. J’étais paumée. Il fallait que Reagan m’explique pourquoi il m’avait repoussé en me disant que ce n’était pas une bonne idée. J’étais vexée, perdue, angoissée. Pourquoi m’avait-il repoussé ? Je commençais à m’inquiéter, peut-être avait-il rencontré quelqu’un entre temps ? Contrairement à moi, il était parvenu à tourner la page et se lancer dans une nouvelle relation avec quelqu’un d’autre, ce que je n’étais pas arrivée à faire et c’était la raison pour laquelle j’avais débarqué ici ce soir. Avec ce qu’il venait de me dire, je comprenais qu’il n’avait aucunement une nouvelle personne dans sa vie. Simplement, il s’était demandé si je voulais vraiment lui accorder une seconde chance, si je voulais vraiment que l’on recommence une histoire ensemble tous les deux. Peut-être avait-il pensé que j’étais sous l’emprise de substances illicites qui me faisaient agir n’importe comment. « J’espère que tu n’as plus l’intention de me faire du mal Reagan… » Je baissais les yeux et tentais de ne pas repenser à cette scène horrible le jour où j’avais perdu notre enfant par sa faute. Finalement, il avait des circonstances atténuantes mais la perte de cet enfant n’en était pour autant pas moins douloureuse. Mais, peut-être avait-il eu raison en me disant que tout le monde avait droit à une seconde chance. Je n’étais pas prête à le penser au départ ni même à lui accorder cette seconde chance, mais lorsque je pensais ça, je ne l’avais pas revu après l’incident. Suite à mon passage en hôpital psychiatrique, j’avais réussi à faire une croix sur Reagan mais tout était remonté à la surface lorsque je l’avais revu. Et malgré que j’eusse tenté de passer à autre chose, de refaire ma vie, il n’en était rien, je n’y arrivais pas, il hantait mes pensées. Je me doutais qu’il ne recommencerait pas ce qu’il avait fait, du moins je l’espérais, mais malgré ça je ne pouvais m’empêcher de ressentir quelque chose pour lui. Ce que je ressentais ? De l’amour évidemment. Il était le seul et unique homme que j’ai réellement aimé, et finalement je m’étais rendu compte que je ne pouvais pas vivre sans lui. « Alors puisque tu me dis que je ne dois pas douter…Je ne doute pas ! Mais sache que si je suis là, ce n’est pas sur un coup de tête, je suis pas droguée ou alcoolisée… Simplement j’ai essayé de refaire ma vie, pour t’oublier, mais je n’y arrive pas, c’est impossible, tu es dans ma tête, tout le temps. » Cela me faisait étrange de lui dire tout cela. A la base, j’étais quelqu’un d’assez sentimental et qui montrait beaucoup ses sentiments mais ça avait changé après l’accident. Visiblement, Reagan me faisait redevenir celle que j’étais avant tout ça. Je penchais me tête sur le côté pour sentir sa main contre mon visage lorsqu’il ramenait une mèche de mes cheveux derrière mon oreille. C’était stupide mais je n’avais envie que de son contact, je voulais sentir sa peau contre la mienne, j’avais la sensation d’être une adolescente qui vient de tomber amoureuse. « Alors ton rêve est aujourd’hui devenu réalité Reagan… Et malgré tout le mal que tu as pu me faire, même si je t’ai détesté comme je ne pourrais jamais détester personne probablement, je n’ai jamais cessé de t’aimer. Simplement la haine m’a fait oublier l’amour que je te portais, et que je te porte toujours. » Tout ce qu’il venait de dire était vraiment mignon, et je retrouvais bien là le Reagan que j’avais connu. Il était doux, délicat, attentionné et se souciait bien plus de ce que je pouvais ressentir que de son propre intérêt. Il m’attendrait… Je plaquais mes lèvres contre les siennes et partageais un langoureux baiser avec lui que je dis durer un moment. « C’est ce que je veux Reagan… Je te veux toi… Et tu ne crois pas que l’on pourrait réparer ce qui a été brisé ? » Je gardais mon visage proche du sien et je m’empressais de préciser ma pensée avant qu’il ne vienne à se poser trop de question. « Je veux dire… Fais-moi un enfant… » Je craignais qu’il pense que j’allais trop vite, mais je pourrais le comprendre et ce ne serait pas pour autant que je le laisserai tomber, j’étais prête à attendre mais ce que je savais c’est que si j’avais un enfant un jour, ce serait lui le père et personne d’autre.


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reagan K. Davidson
est tout bien bronzé !
Admin
avatar
Fiche RPG
Infos de baseMessages : 4
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi... Dim 17 Sep - 13:21

Quand je disais à Kaelyn que je ne voudrais plus jamais lui faire de mal, je le pensais, je le souhaitais au plus profond de mon être, et je n’étais pas gêné de le lui redire, de réitérer. Voilà pourquoi je ne me fis pas prier pour secouer la tête pour lui montrer que je ne remettais pas mes propos en question, qu’importe quel serait son choix, qu’importe si elle souhaitait vraiment que je continue à être dans sa vie ou pas. J’aurais peut-être pu ajouter à ce moment précis que jamais je n’aurais voulu lui faire du mal dans un premier temps, que jamais je n’aurais voulu que nous soyons séparés de la sorte, et que jamais je ne cesserais de regretter ce qui s’était passé entre nous, ce que j’avais pu leur faire subir, à elle et à cet enfant qui n’avait jamais pu voir le jour. Mais tout ça, c’était chose du passé, à mettre derrière nous, même si de mon côté, je ne pourrais jamais l’oublier, je ne pourrais jamais être totalement en paix avec moi-même concernant mes gestes. Cependant, je ne voulais pas que cela vienne me retenir de quoi que ce soit. J’avais envie d’accepter le fait qu’elle veuille bien me donner une seconde chance, cette seconde chance que j’avais tant espérée, que j’avais toujours vue comme une totale utopie, à un tel point que je ne pouvais croire qu’elle me l’offrait, ici et maintenant, avec l’esprit clair. Au vu de comment elle était entrée dans mon appartement, j’en étais venu à supposer qu’elle avait bu ou quelque chose du genre, mais elle me fit comprendre, par des mots clairs qui plus est, que ce n’était pas le cas; elle en était simplement venue à cette évidence et voilà tout. Voilà comment elle semblait me présenter la chose et comment moi, je l’interprétais. C’était étrange, c’était troublant, mais pourtant, j’avais envie de m’accrocher à cette interprétation et croire qu’il pourrait se passer quelque chose. Ce ne fut pas pour autant que je sus comment réagir, donc je restai là, figé, à me demander si à un moment ou un autre, je n’aurais pas les larmes aux yeux par rapport à son discours, ne pensant jamais qu’elle pourrait me tenir de tels mots à un moment ou un autre. Et avant que j’aie le temps d’ajouter quoi que ce soit, elle en vint à m’embrasser de nouveau, d’un baiser qui vint m’aveugler sur mes erreurs passées, sur toutes mes réticences. Pendant un bref instant, je me sentis léger, et j’aurais voulu rester ainsi, mais Kaelyn ajouta quelque chose qui vint me troubler, me faisant un pincement au coeur au passage. Le pensait-elle vraiment ? Était-ce qu’une figure de style ? Méritais-je vraiment sa confiance à ce point ? Pendant un instant, je songeai à le lui demander, mais je me ravisai, refusant de la blesser de nouveau. M’avouant faible, m’avouant vaincu, je craquai. Avec une intensité que je ne me serais pas permis de lui imposer précédemment, je l’embrassai, prolongeant le baiser pour y déverser tout ce que je retenais depuis des années, tous ces sentiments que j’avais dû garder pour moi, puisque toujours refoulés en raison de ma douleur et ma culpabilité. Puis, tandis que mes lèvres étaient toujours scellées aux siennes, je posai mes mains sur ses hanches, sentant mon corps avoir un choc électrique tant il était merveilleux de sentir son corps sous mes doigts. Sans la lâcher, je l’entrainai doucement en direction de ma chambre. Une fois que nous y fûmes, je la poussai doucement sur le lit, sans être brusque ou quoi que ce soit, simplement pour qu’elle s’y allonge et que moi, au-dessus d’elle, je m’octroie enfin la permission de la redécouvrir un peu plus, en commençant par déposer de longs et tendres baisers dans son cou tandis qu’une de mes mains se frayait un chemin lentement, mais sûrement, au niveau de sa taille, mes doigts glissants furtivement sous son t-shirt au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
est tout bien bronzé !
Fiche RPG
Infos de base

MessageSujet: Re: KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi...

Revenir en haut Aller en bas

KAELAN ∞ Je crois que je ne peux pas me passer de toi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» je ne peux pas m'identifier sur orange [Résolu]
» Adresse où l'on peux trouver les fichiers de Sorcière Monique (Résolu)
» Je ne peux pas voir les animations, ni lire les miennes.[R]
» A toi, invité qui passe tu peux poster ici..
» Je peux appeler mais pas recevoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magnifique Merveille :: RP ♥-